ED 395 - Appel à contribution - colloque "HISTOIRES DE PRETS : MEMOIRES ET ENJEUX DES PRÊTS DANS LES MUSEES"

Publié le 19 mai 2017 Mis à jour le 19 mai 2017

Date limite de soumission : lundi 5 juin 2017

APPEL à CONTRIBUTION
Colloque international
HISTOIRES DE PRETS : MEMOIRES ET ENJEUX DES PRÊTS DANS LES MUSEES

Paris, Ecole du Louvre, 28-29 septembre 2017

Depuis la fin du XIXe siècle, la diffusion des expositions temporaires détermine l’émergence d’un système international des musées fondé sur la circulation d’œuvres et d’objets. Pour un musée, envoyer les œuvres de ses collections dans des expositions devient crucial afin de s’assurer, à son tour, les prêts qui lui permettront d’organiser ses propres expositions. Prêter des œuvres à de grands établissements, notamment étrangers, signifie également, pour un conservateur, garantir à ses collections une visibilité accrue. Où expose-t-on, qu’expose-t-on et avec quelle fréquence, quelles pièces arrive-t-on à obtenir et de quels partenaires : tels deviennent désormais les critères fondamentaux de positionnement des musées dans une hiérarchie internationale du prestige patrimonial. Mais la pratique du prêt ne pèse pas seulement sur les représentations attachées aux établissements muséaux : elle agit directement sur la qualification des objets. Le prêt d’une œuvre – ou son refus – est le résultat de transactions complexes, formulées ou non, au sein desquelles se négocie et se révise sa valeur. Il exprime également l’importance et le rang des institutions, parfois même des villes ou des nations. Ce colloque international entend interroger la pratique du prêt d’œuvres, à la fois sous l’angle de la mobilité des œuvres et des objets de musées et des reconfigurations de leur statut.
Il s’agira dans ce colloque d’explorer les façons dont, historiquement, la pratique du prêt s’est définie, jusqu’à constituer un enjeu crucial pour les musées. Les dimensions économiques, politiques, juridiques sont également au cœur du propos. Les thèmes proposés, loin d’être exclusifs, voudraient simplement suggérer des pistes pour la réflexion :
  • L’HISTOIRE DES PRÊTS
  • LA MÉMOIRE DES PRÊTS
  • LES CONTRAINTES MUSÉOGRAPHIQUES DES PRÊTS
  • PRÊTS ET RESTAURATIONS
  • LES PRÊTS COMME OUTILS DE L’HISTOIRE DE L’ART
  • GÉOPOLITIQUE DES PRÊTS
  • LA TEMPORALITÉ DES PRÊTS
  • L’ÉCONOMIE DES PRÊTS
  • LE PRINCIPE DE GRATUITE ET SES EXCEPTIONS
  • LE PRÊT ET SES RÉGIMES JURIDIQUES
  • PUBLIC ET PRIVÉ DANS LES PRÊTS DES MUSÉES

Le domaine de travail du colloque concerne également la pré-histoire du prêt (translation de reliques au Moyen Âge...). Avec les œuvres ou objets d’art, tous les artefacts sont susceptibles d’être retenus dès lors qu’ils éclairent le thème. Le très contemporain constitue l’autre borne temporelle du colloque qui pourra être abordé dans une optique historienne ou dans les termes d’une anthropologie des pratiques savantes.
S’il est souvent difficile d’opérer une distinction entre les deux notions, le colloque sera centré sur la question du prêt et laissera de côté celle des dépôts, qui a fait l’objet ces dernières années de travaux spécifiques.

Les chercheurs qui souhaitent participer au colloque sont invités à faire parvenir avant le lundi 5 juin 2017 une proposition de communication ainsi qu’un curriculum vitae aux organisateurs (colloques@ecoledulouvre.fr). Les propositions ne devront pas dépasser 2000 signes ou 300 mots et pourront être rédigées en français, anglais, allemand ou italien. Les organisateurs établiront, de pair avec les membres du Comité scientifique, un programme définitif. L’annonce de la sélection des participants sera diffusée le 15 juin.

Retrouvez ci-dessus cet appel à communications dans son intégralité.

Mis à jour le 19 mai 2017